Savon d’Alep

Belle affluence pour l’atelier « savon » ce dimanche 22 octobre. La douzaine de participant-e-s a pu apprendre de nombreuses informations sur son histoire, sa production et ses compositions (naturelles, industrielles, etc.).

Un kilo de savon a été produit par l’intervenante à base d’huiles d’olive et de ricin, de beurres de coco et de karité, et de cire d’abeille.

Une vingtaine de savons d’Alep (huiles d’olive et de baies de laurier) a été produit par les participant-e-s.

 

Télécharger la brochure en cliquant sur ce lien

http://dedaleasso.org/wp-content/uploads/2017/10/brochure-savons.pdf

 

Voici la recette du savon d’Alep produite durant l’atelier

Huile d’Olive – 75 grammes (75% du poids des huiles)

Huile de Baie de Laurier – 25 grammes (25% du poids des huiles)

Eau – 30 grammes

Soude – 13 grammes

Mettre la soude dans l’eau (et non l’inverse) – réaction exothermique (formation de chaleur 90°C)

Mettre les huiles au bain-marie de façon à atteindre 40°C maximum

Attendre que la solution de soude refroidisse à 40°C

Mettre la soude dans les huiles et mélanger jusqu’à obtention d’une trace

Mouler et attendre 24h (processus de saponification)

Laisser curer 4 semaines avant utilisation

PORTEZ DES GANTS DE PROTECTION, N’INHALEZ PAS LES VAPEURS !

Les personnes intéressées peuvent nous écrire pour que l’on vous donne les adresses de nos fournisseurs (non, ce n’est pas aroma’zone !)

Un peu d’histoire…

4500 ans avant JC : les Sumériens utilisaient déjà des savons mous obtenus en mélangeant de la cendre riche en potasse et des huiles végétales pour soigner les maladies de peau et laver la laine.

3500 ans avant JC : Les Égyptiens fabriquent aussi des savons obtenus par le mélange d’huile végétale / graisse animales / cendres.

Les Arabes ont ensuite fabriqué des savons durs obtenus en mélangeant de la cendre de plantes ou d’algues (riche en soude). Pendant plusieurs siècles le savon a été utilisé pour laver le corps et le linge

Fin du XIXe : La découverte de la glycérine comme élément intrinsèque au savon permet son extraction. La qualité des savons diminue fortement du fait de l’absence de glycérine, ce qui en fait un produit abrasif. L’industrie des cosmétiques intègre alors la glycérine (extraite des savons) pour produire des crèmes réparatrices à mettre après la douche (oui, c’est absurde !).

Au fur et a mesure des années, l’accès grandissant à des huiles végétales à bas cout permet d’augmenter encore la productivité au détriment de la qualité du produit. Enfin, les procédés d’extraction des huiles évoluent aussi permettant d’augmenter le rendement. Malheureusement, l’huile ainsi extraite est de piètre qualité car prélevée sur des fruits trop jeunes et/ou torréfiés.

De nos jours, les savons trouvés dans le commerce sont issus de bondillons obtenues à partir d’huile de palme (merci la déforestation) ou encore de graisse animale.

Heureusement, de plus en plus de savonnerie « à froid » voient le jours en France. Soucieuse de l’environnement elles produisent des savon de qualités obtenus à partir de matières première nobles.

Comment reconnaitre un savon à froid ? LIRE L’ÉTIQUETTE

Sachant que les savons à froid solides sont obtenus par la saponification d’huiles ou de graisse par de la soude, il suffit de reconnaitre la forme saponifié d’une huile sur la liste des ingrédients. Afin de ne pas aider le consommateur, la liste des ingrédients est obligatoirement sous sa forme INCI en latin ou en anglais (sinon c’est pas drôle).

Voici quelques exemples facilitant la traduction des ingrédients INCI:

Graisse Forme saponifiée (par la soude = hydroxyde de sodium)
Huile d’olive

Huile de Palme

Graisse de Bœuf

Graisse de Porc

Sodium Olivate

Sodium Palmate

Sodium Tallowate

Sodium Lardate

S’il s’agit de potasse au lieu de la soude, ce qui donne des savons mous, ce sera Potassium Olivate.

Savon artisanal « à froid »

ACIDE GRAS + ALCALI
(beurre ou huile) (soude ou potasse)
=
Savon + Glycérine

😊 45-50°C maximum
Principes actifs intacts 😊
😊 Glycérine présente dans le savon
Surgraissage 😊
Nécessite 4 semaines
de « cure » avant utilisation

Additifs (sains !) couramment utilisés :

😊 Cire d’abeille : protection de la peau
😊 Argiles : gommage non abrasif
😊 Huiles essentielles : conservateurs / soin
😊 Huiles végétales en surgras : hydratation / soin

NETTOYANT BONNE QUALITÉ / BIODÉGRADABLE / HYDRATANT

 

Savon « industriel »

Issu d’une pâte à savon
prête à l’emploi (bondillons)

☹ Cuisson à 100°C, 2 jours

Altération des principes actifs ☹

☹ Glycérine retirée et revendue pour le marché des cosmétiques (crèmes, baumes, maquillage …)

Présence de nombreux additifs de synthèse :

☹ Huiles minérales / paraffine / vaseline (issus du raffinage pétrolier) : créent un film occlusif sur la peau ; irritants
☹ Parfums de synthèses ou fragrances allergisants
☹ EDTA, BHT = antioxydant perturbateur endocrinien
☹ Parabènes = perturbateur endocrinien
☹ Agents moussants, tensioactifs, colorants, anti-inflammatoires…

DÉTERGENT DE MOINDRE QUALITÉ / ÉNERGIVORE / IRRITANT